Le télétravail post-confinement, quelles perspectives pour l’avenir ?

Télétravail

Si la crise sanitaire liée au Covid-19 nous a amené à repenser notre façon de vivre et de consommer elle aura aussi et surtout bouleversé notre manière de travailler. Pendant le confinement, c’est 95% des entreprises qui ont du avoir recourt de gré ou de force au télétravail. Si cette mesure à pu faire le […]

Si la crise sanitaire liée au Covid-19 nous a amené à repenser notre façon de vivre et de consommer elle aura aussi et surtout bouleversé notre manière de travailler. Pendant le confinement, c’est 95% des entreprises qui ont du avoir recourt de gré ou de force au télétravail. Si cette mesure à pu faire le plus grand bonheur de certains, pour d’autres le travail à la maison s’est révélé être bien plus laborieux et complexe qu’espéré.

 

Le télétravail en temps de crise sanitaire : état des lieux.

 

Il y a encore quelques mois, seuls 3% des salariés de l’hexagone dont 61% de cadres pratiquaient le télétravail et ce de manière occasionnelle.

 

Pendant le confinement, ce pourcentage est passé à 24% sur le territoire national et jusqu’à 41%, soit quatre salariés du dix, du côté des franciliens.

 

Selon l’Association Nationale des DRH (ANDRH), pas moins de 95% des organisations ont eu recours au télétravail pendant cette période exceptionnelle. Un chiffre sans précédent qui a entrainé un réel bouleversement tant pour les entreprises que leurs salariés.

 

Un constat mitigé.

 

Du bon…

Pour ce qui est des avantages, le gain de temps dans les transports (38%) et une meilleure concentration (27%) ont été cités, ainsi qu’une plus grande liberté dans la façon d’adapter ses horaires de travail en fonction des contraintes personnelles (78%).

Pour les personnes confinées en famille, nombreux sont ceux pour qui cette période s’est révélée être l’occasion de renouer avec leur conjoint et leurs enfants. Des moments privilégiés rendus possibles grâce au travail à domicile et aussi à la fermeture des écoles.

Quand 53% des interrogés estiment leur productivité inchangée, ils sont 24% à s’être senti davantage productifs et efficaces. Et même si l’isolement est un des principaux freins au télétravail, 76% des salariés concernés ont déclaré se sentir toujours aussi « connectés » à leurs équipes et ce, malgré la distance physique.

 

Et du moins bon.

Ont été pointés du doigt une organisation personnelle et familiale parfois hasardeuse, le manque de matériel adapté, l’impossibilité pour certains de pouvoir aménager un espace de travail dédié ainsi que le manque de formation aux différents outils de communication à distance. Malgré cela il en est ressorti que chacun a su faire avec les moyens du bords et est parvenu à s’adapter en fonction de sa situation.

 

Dans l’ensemble, ils sont tout de même 41% à déclarer que le télétravail aurait eu un impact négatif sur leurs relations professionnelles (collègues, hiérarchie, clients, fournisseurs). Le peu de recul actuel que nous avons, ne nous permet pas pour le moment de savoir si cet impact est davantage lié au télétravail ou au contexte de pandémie.

 

En écoutant les différents témoignages, il est aisé de se rendre compte que le niveau de satisfaction vis à vis de l’expérience du home-office est extrêmement variable en fonction des typologies d’emplois, modes de vie et préférences et chacun. Mais celui-ci varie également en fonction des inégalités face au logement des salariés en question.

 

Côté entreprises…

Côté entreprises, alors que nombreuses étaient celles encore frileuses à la mise en place de cette pratique, le passage à l’acte forcé durant la pandémie a eu pour effet d’accélérer ce processus.

 

Les entreprises qui ont le mieux vécu cette crise sont celles qui avaient déjà mis en place le télétravail partiel et pour les autres, le besoin de se réinventer en urgence s’est fait sentir.

 

En cette période de troubles, le département des ressources humaines a travaillé d’arrache pied pour développer des pratiques bienveillantes et mieux adaptées pour les salariés sans pour autant perdre de vue les résultats de l’entreprise.

 

Les managers ont eux également eu du fil à retordre pour organiser la gestion de leur équipe à distance et ne sont pas moins de 48% à avoir vu leur charge de travail augmenter considérablement. Des réunions plus courtes mais plus régulières, des échanges et des horaires personnalisés, des tâches adaptées en fonctions des situations et possibilités de chacun… La priorité était en cette période, au bien-être des salariés et à l’organisation en vue d’un retour à la normale.

 

 

Quel avenir pour le télétravail ?

 

 Difficile de revenir en arrière après un tel pas en avant.

 

Si les employeurs ont su répondre aux attentes et besoins de leurs salariés durant la crise, ces derniers sont une majorité à demander la prolongation de la pratique post-confinement.

 

Si le télétravail en temps complet n’est pas encore à envisager, les entreprises seront de moins en moins légitimes de refuser à leurs salariés de travailler à domicile au moins un jour par semaine.

 

Ce n’est d’ailleurs pas moins de 79% d’entre eux qui se déclarent prêts à renoncer à leur bureau attitré pour pouvoir télétravailler. Pas étonnant quand on sait que les open-spaces, pourtant de plus en plus répandus, ont tendance à réduire la concentration et l’efficacité des travailleurs.

 

Si l’organisation du travail va être une des questions essentielles dans les mois à venir, il est certain que la possibilité de travailler en home-office est déjà un des critères de sélection des personnes actuellement à la recherche d’un emploi. Il sera donc dans l’intérêt des entreprises de se montrer ouvertes et innovantes sur le sujet si elles souhaitent attirer de nouveaux talents et conserver leurs employés actuels.

 

Le travail en home-office pouvant tendre à rentrer dans les normes des entreprises, ces dernières devront également réévaluer leurs besoins en terme d’espaces. En effet, instaurer un roulement des présences pourrait libérer une place considérable dans les bureaux et permettre ainsi aux entreprises la location d’espaces plus petits et donc une réduction des coûts.

 

 

Les organisations face à un avenir incertain.

 

Au lendemain d’une crise sanitaire et à la veille d’une crise économique, tout s’accélère et rien n’est certain. Les entreprises vont devoir apprendre à s’adapter rapidement en fonction des différents évènements afin d’assurer leur pérennité.

 

Vous êtes une entreprise et avez besoin d’un accompagnement personnalisé par des professionnels pour organiser et structurer la mise en place du télétravail au sein de votre organisation ? Nos experts Boost’RH se tiennent à votre disposition pour vous aider dans cette transition.